A LA POINTE - ENVIRONNEMENT

Pointe Croisette. Défense de l’environnement, du littoral et du cadre de vie du quartier à Cannes

COR-AL : chronique d’une construction illégale à Cannes

Ou l’étonnante méthode d’instruction d’une fausse demande de permis de démolir !

jeudi 7 février 2008, par Bureau A LA POINTE-ENVIRONNEMENT



C’est au passage de l’an 2000, sous la précédente mandature de M. DELAUNEY, que commencent les troubles.
COR-AL est le nom de la Société Civile Immobilière (S.C.I) créée le 27 mars 2000, hébergée 02 rue Lafayette à Cannes, ayant pour projet l’édification d’un immeuble sur un terrain à la limite de la marge de recul du Boulevard Eugène GAZAGNAIRE et à l’angle de la rue Esprit VIOLET et Ricord LATY sur la Pointe Croisette à Cannes.

Ce projet devient une « affaire » lorsque les riverains découvrent, en 2002, que les permis de démolition et de construction accordés à ladite S.C.I, sont entachés de nombreuses irrégularités.
Commence alors une décennie de démarches auprès de la mairie de Cannes administrée par le député-maire Bernard BROCHAND élu en 2002 sur son contrat de confiance pour faire table rase, disait il, des “regrettables héritages du passé“. Mr André GIRONE,en connaisseur des pratiques municipales de ce passé, est nommé 1er Adjoint.

Mr le Député Maire de Cannes déclarait alors : 
“quand on veux faire respecter la Loi à l’ensemble de ses concitoyens, faire valoir l’esprit civique, il faut et c’est la moindre des choses que les pouvoirs publiques montrent l’exemple c’est une affaire de bons sens de pragmatisme et de courage“.

Avec les révélations des irrégularités constatées, il apparaissait clairement que la confiance des riverains avait été magistralement bafouée par ceux qu’ils avaient élus pour la défense de leurs droits et la probité de leurs actes.
Dès lors, la transparence si souvent célébrée dans le discours municipal n’était, en fait qu’une stratégie trompeuse, utilisée sciemment pour donner au temps le soin de faire son travail de lassitude et d’oubli.

Si les adhérents, avec le bureau de l’association, décide aujourd’hui de rendre public ce texte précis détaillant les multiples violations du droit, occultées et niées notamment par le service du droit des sols de la Mairie de Cannes, c’est parce que nous voulons “faire valoir l’esprit civique“ et que “c’est la moindre des choses “ les Cannois ont le droit d’être informés sur les pratiques en cours. Parce que l’impunité ne saurait prévaloir.

Toutes les personnes et institutions mises en cause dans ce texte ont été dument alertées et invitées à justifier les manquements et les illégalités constatés par les habitants du quartier et par l’association « A LA POINTE » rassemblant des citoyens et citoyennes résidant sur la Pointe Croisette qui pensent et qui croient que le respect de nos lois républicaines c’est l’affaire de tous.

Les faits qui sont décrits, année après année, démontrent la passivité avérée des responsables qui connaissaient les irrégularités commises et dont la persistance des dénis allait à l’encontre des devoirs d’une municipalité qui se disait vouloir “montrer l’exemple“ en respectant et en faisant respecter nos lois Républicaines et les règlements du Code de l’Urbanisme.

1er épisode : ici Permis de démolir octroyé à la S.C.I Cor-Al le 4 octobre 2001
2ème épisode : iciPermis de démolir COR-AL (suite n° 2)
3 ème épisode : iciPermis de démolir COR-AL (suite n°3)
4 ème épisode : iciAVEC LA C.A.D.A

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.