A LA POINTE - ENVIRONNEMENT

Pointe Croisette. Défense de l’environnement, du littoral et du cadre de vie du quartier à Cannes

Les Cyclomoteurs trafiqués : de 80 à 120 dB

Bruit en Ville : Non aux Cyclos Bruyants

S’amuser oui, mais pas au détriment de la santé des gens

vendredi 27 janvier 2006

Se sent-on plus fort sur un scooter ou un vélomoteur qui pétarade comme une voiture de course ?

Ou bien, est-ce le plaisir procuré par le sentiment d’embêter les "ringards" ?


« Me gêner pour les autres ? Non. Seul mon plaisir compte. »

C’est bien connu : « là où il y a de la gêne il n’y a pas de plaisir ».

Pour certains jeunes, la bêtise et l’immaturité sont des signes de reconnaissance, alors ils s’en donnent à coeur joie en semant le bruit sur leur cyclo pétaradant.

En crachant la nuit 120 dB de niveau sonore, un seul scooter peut réveiller tous les habitants d’un quartier.

Hélas, le respect des autres est le cadet de leurs soucis. D’ailleurs, les opérations de rénovation des quartiers, des chemins et des squares publics veillent à interdire le passage des scooters au moyen de barrières.


La vitesse ? un alibi qui ne tient pas la route

Trafiquer le pot d’échappement de sa machine, ou la "débrider", permet de gagner quelques kilomètres/heure en plus.

Pourtant l’alibi de la vitesse sonne creux : quelle gloire y-a-t-il à rouler à 100 km/h ? Et à risquer sa vie dans un accident de la route ?